Conseils pour gagner le respect des autres

« Respecte-moi ! »… Que ce soit dans la rue, en famille, entre amis, ou encore au travail, nous aspirons tous à obtenir le respect des autres. Nous sommes nombreux à penser que nous ne pouvons forcer le respect des autres, parce qu’il doit se mériter. Comment se faire respecter dans une société où la loi du plus fort est toujours celle qui a le dessus ?

 Conseils pour gagner le respect des autres

Voici trois cas de figure dans lesquels nous nous retrouvons sans doute, mais que nous n’arrivons pas toujours à régler.

Dans un lieu public

Il vous est sûrement arrivé de vous faire dépasser ou bousculer alors que vous faisiez tranquillement la queue, comme tout le monde. Que faites-vous ? Il y a ceux qui n’hésitent pas à faire une scène et d’autres qui, même s’ils le veulent, ne disent pas un mot, ce qui finit éventuellement par les rendre furieux… contre eux-mêmes.
Les manques de respect, nous les vivons tous au quotidien. Bien entendu, ils sont toujours aussi irritants et désagréables surtout parce que l’autre choisit de renier notre existence. Et qu’en un clin d’œil, nous disparaissons. Selon notre état d’esprit à ce moment, nous pouvons le prendre mal et ruminer cet incident pendant toute la journée ou tout simplement l’ignorer.

Que faire dans une telle situation ?

Ne surtout pas se rendre invisible, car les marques d’irrespect sont plus souvent dirigées vers les personnes de nature discrète et qui passe inaperçue. L’attitude corporelle a aussi un grand rôle à jouer : redressez les épaules et habitez votre corps ! N’hésitez pas à montrer votre mécontentement sauf si vous êtes face à une bande de jeunes agressifs. Vous pouvez par exemple chercher l’appui des autres personnes présentes en disant tout haut tout en cherchant le regard d’une personne « ena dimounn prese ein ! ». Dans la mesure du possible, utilisez l’humour. Mais la technique la plus efficace reste de se faire un allier parmi les personnes qui vous entoure. C’est ce lien social qui vous protègera de l’irrespect. Malheureusement, de nos jours, rares sont les personnes qui oseront soutenir les autres face à des agressions de ce genre. Si c’était le cas, les choses seraient sans doute différentes.

Se faire respecter par ses propres parents

Nous ne parlons pas là d’enfants ou d’adolescents, mais bien d’adultes, qui malgré leur âge ou leur situation, peinent à obtenir le respect de leurs parents. Nous ne parlons pas de mots ou de gestes déplacés, mais plutôt d’attitude. Il est vrai que nous serons toujours des enfants aux yeux de nos parents, mais ceci n’explique pas cela. Par exemple, vos parents ont-ils déjà pris une décision concernant votre enfant sans vous consulter, comme lui couper les cheveux ou alors lui donner des friandises alors que vous lui avez formellement interdit de le faire. C’est bien là un manque de respect.

Il s’agit d’un manque de respect, car seuls les parents ont l’autorité parentale sur leur enfant. En prenant une décision qui concerne l’enfant sans en parler à ses parents, les grands-parents se placent dans une position toute-puissante et choisissent délibérément d’ignorer l’autorité de son enfant en tant que parent.

Comment y remédier ?

Dans une telle situation, il faut que l’autre parent intervienne. Cette troisième personne viendra alors rétablir l’ordre dans cette relation parent-enfant qui a été brisée. Et si le dialogue s’avère être difficile, pourquoi ne pas écrire une lettre dans laquelle le parent exprime ce qu’il ressent tout en rappelant aux grands-parents à qui revient cette autorité parentale. Bien entendu, des excuses sont attendues des grands-parents, qui se doivent de reconnaître la gravité de la situation.

Se faire respecter dans sa relation avec son conjoint

Le manque de respect se vit aussi au quotidien aux côtés de son conjoint ou de sa conjointe. Faire de l’humour aux dépens de l’autre, ne pas manquer une occasion de souligner sa maladresse ou encore rire de ses bêtises devant tous ses amis, sa famille, voire ses collègues, cela peut être considéré comme une façon de dévaloriser sa moitié aux yeux des autres. Et lorsqu’on ose faire une remarque, c’est toujours le fameux « to pa konpran badinaz » qui revient à la charge.

Ce genre de choses arrivent bien plus souvent qu’on le croit. Souvent, un des deux partenaires peut avoir recours à l’humour comme arme pour son règlement de compte. C’est une sorte d’agressivité masquée qui se manifeste sous forme de plaisanteries aux dépens de l’autre. Et lorsque cela se produit systématiquement en public, on parle d’un véritable manque de respect et d’une absence de solidarité au sein du couple, voire d’un certain sadisme. On prend plaisir à faire du mal à l’autre en se cachant derrière une plaisanterie tandis que l’autre ne peut rien dire/faire.

Que faire pour s’en sortir ?

Ici, pas question de tourner autour du pot. Faites comprendre à votre partenaire que cela vous dérange et demandez-lui clairement d’arrêter, car cela devient de moins en moins supportable. Ne manquez pas d’ajouter que si ces plaisanteries ne cessent pas tout de suite, vous ne participerez plus à ces réunions. En effet, la présence du conjoint subissant les plaisanteries en public peut être interprétée comme une approbation implicite. Et cela ne pourra pas s’arranger. La solution est de créer une rupture et de mettre l’autre face à lui-même. Demandez-lui s’il a été victime d’une telle situation pendant son enfance ou si ces plaisanteries cachent une éventuelle frustration ou du ressentiment.