Eblouissements et conduite de nuit: pourquoi je vois mal le soir ?

Entre les phares des autres automobilistes, les reflets des lampadaires et les insuffisances de nos propres phares, la conduite de nuit peut vite devenir désagréable et même dangereuse, et c’est encore pire quand on souffre d’une baisse d’acuité visuelle ! Si vous avez souvent du mal à conduire le soir et à faire face aux éblouissements, il serait peut –être temps de consulter un ophtalmologiste.

 Eblouissements et conduite de nuit: pourquoi je vois mal le soir ?

La nuit, les yeux discernent moins bien les couleurs et la vision devient partielle. Et du coup, lorsqu’un véhicule surgit devant ou derrière votre voiture, les phares vous éblouissent, vous rendant aveugle quelques secondes. Heureusement, la rétine finit par reprendre son activité mais dans certains cas, ces désagréments deviennent extrêmement gênants. La conduite de nuit devient alors quasi impossible…

Une baisse d’acuité visuelle nocturne en cause ?

Lors de la conduite de nuit, il n’est pas toujours facile d’échapper aux éblouissements. Il suffit par exemple qu’un conducteur qui arrive en face ait oublié de passer des pleins phares aux phares de conduite et hop, vous voilà victime d’un éblouissement ! Ce sont là (hélas) des choses qui arrivent.

Mais si vous voyez bien le jour et très mal la nuit, là c’est toute une autre histoire. On parle alors d’une baisse d’acuité visuelle nocturne, aussi connue comme l’héméralopie (cécité nocturne dans les cas les plus graves). Les personnes qui en souffrent ont des difficultés à supporter les changements de luminosité. Les symptômes à surveiller sont des éblouissements fréquents, une sensation de brouillard visuel et un halo autour des sources lumineuses.

Une baisse d’acuité visuelle nocturne survient lorsque la rétine est abimée ou que les bâtonnets sont moins efficace (ce sont des cellules contenues dans la rétine pour aider à voir dans le noir).

Baisse d’acuité visuelle nocturne : les causes

Plusieurs maladies ou évènements peuvent entrainer une baisse de la vision. Les plus connues sont :

  • Une exposition prolongée à la lumière du jour (dans ce cas, la baisse d’acuité visuelle n’est pas permanente).
  • Une carence en vitamine A
  • Un effet désagréable d’une opération contre la myopie
  • Un début de cataracte
  • Une maladie rétinienne, par exemple la rétine diabétique

Par ailleurs, les maladies associées à l’âge – le glaucome et la dégénérescence maculaire notamment – peuvent également entrainer une mauvaise vision nocturne.

Quelles solutions ?

Si vous êtes atteint(e) d’une basse vision nocturne et que les éblouissements vous empêchent de bien conduire, consultez un ophtalmologiste. La plupart du temps, il suffit de corriger le champ visuel pour conduire en toute sécurité jour et nuit.  

Ainsi, si vous souffrez de la cataracte, il vous demandera très certainement de vous faire opérer pour vous permettre de mieux voir le soir. Pour ce qui est des maladies de la rétine, comme la rétine diabétique, il vous suffira de bien contrôler votre taux de sucre sanguin pour diminuer le risque. Et si vous êtes myope et avez subit une opération, vous devriez recouvrir une bonne santé visuelle assez rapidement, même si certains patients restent affectés pour de très longues périodes.

Enfin, pour corriger vos problèmes de vue la nuit, utilisez une paire de lunettes aux verres teintés de jaune. Cela diminuera l’inconfort lié aux lumières des phares et des éclairages publics. A savoir tout de même que l’efficacité ne sera pas pareille chez tout le monde.

Parce que les accidents mortels se produisent le plus souvent la nuit à cause d’une vision trouble, n’attendez pas pour corriger votre vision le plus vite possible, surtout si vous souffrez d’une baisse d’acuité visuelle nocturne. Avant de prendre le volant, assurez-vous d’avoir une bonne santé des yeux !