Nathalie Charles, cette femme qui est revenue après avoir côtoyé la mort

Elle a vu l’au-delà. Le jour de son accouchement, elle a quitté son corps quelques secondes pour ensuite revenir. C’est ce qu’on appelle une NDE ou EMI. Ce qu’elle a vécu était beau, était incroyable, était indescriptible. Mais Nathalie a quand trouvé les mots pour nous relater son expérience de mort imminente.

 Nathalie Charles, cette femme qui est revenue après avoir côtoyé la mort

« J’ai toujours été croyante. J’allais à l’église, je priais… Mais c’était surtout théorique, c’était un peu comme tout le monde ; on suit ce que nous enseignent les parents, on suit ce qu’est écrit dans la bible… Donc, il m’arrivait d’être un peu sceptique, de me poser des questions.»

Pourtant, en 2015, elle commence à voir certains ‘signes’. Des signes qu’il existe peut-être quelqu’un ou quelque chose de plus grand, de plus fort mais surtout de bienveillant. En 2015, elle est admise à la clinique et doit subir une opération.

« Je devais être opérée de l’œsophage et ça allait me coûter Rs 100 000, somme que bien évidemment je n’avais pas. J’étais perdue, anxieuse. Je ne savais pas comment réunir tout cet argent en un si bref délai. Mais voilà  mon frère gagnée aux courses ! Il était tout aussi surpris que moi, c’était la première fois qu’il remportait une somme si conséquente… »

Certains parlent de Dieu ; toujours là, toujours à l’écoute… D’autres parlent de la synchronicité, de l’énergie. Dans son livre The Secret, Rhonda Byrne parle de la loi de l’attraction, de l’univers qui est à l’écoute… Tout cela est beau mais tellement abstrait, tellement mirifique. Grâce à cette magnifique ‘coïncidence’, Nathalie peut se faire opérer. et sa foi grandit. Elle ne comprend pas tout mais sent qu’elle n’est seule. Même lorsqu’elle connait des hauts et des bas, même lorsqu’elle fait une fausse couche sa foi ne s’ébranle pas.

Nathalie fait une fausse couche en novembre 2015 mais elle garde espoir. Peut-être qu’un deuxième ‘miracle’ va survenir, peut-être que ce quelqu’un ou quelque chose de plus grand écoute… Maintenant, Nathalie sait que tout est possible. Elle attend, elle espère. Encore une fois, ses vœux sont exaucés. En 2016, elle retombe enceinte.

« J’ai fait une fausse couche en novembre 2015 et j’ai finalement accouché fin octobre 2016. Presqu’un an après. Pour moi c’était un autre signe. »

Un signe que l’univers finit toujours par nous rendre ce qu’il nous a pris. Un signe que notre foi, que notre persévérance finit par payer. Qu’il est possible d’être enceinte après une fausse couche, après neuf longues années d’attente. Cette grossesse sera spéciale, elle le sait, elle le sent. Et si cette grossesse un peu salvatrice, un peu miracle s’aboutissait par quelque chose d’encore plus miraculeux ?

La grossesse se passe merveilleusement bien, sans véritable gêne ou nausée, mais en fin de grossesse, les complications arrivent et elles sont importantes.

« C’était le 29 octobre, le lendemain de Divali. Ma tension artérielle est montée à 18. On m’a emmenée dans la salle d’opération pour une césarienne. Mais comme je venais de déjeuner, je me suis étouffée. C’est là que, selon le médecin, je suis ‘morte’ »

En salle d’opération, son coeur arrete de battre, elle est morte. Peut-être que le personnel hospitalier s’est affolé, peut-être qu’on a essayé de la ranimer… Mais elle ne sait pas. Parce qu’elle a  quitté la salle d’opération et son corps :

« Je me suis retrouvée devant une porte. Cette porte était blanche, rayonnante. Elle vous éblouit, elle vous attire. Mais elle était fermée »

A cet instant, elle ne pense à rien, à personne. Elle n’a rien ; même pas de corps mais elle est comblée. Elle ne pense pas aux amis, elle ne pense pas aux ennemis… Elle ne pense pas à son mari, elle ne pense pas aux enfants… Ce qui importe, c’est cette belle porte blanche entourée de bambous blancs et de nuages. Une lumière indescriptible filtre sous la porte, rayonnante, belle. Mais la porte reste fermée. Pour savoir ce que cache cette porte magique, mystique, Nathalie devra attendre. Elle reprend connaissance dans l’ICU.

« Au début mes idées étaient brumeuses. Et là le médecin m’a dit ‘ou ti fini aller Madam, ou ti al get Jesus apre oun revini’. Et petit à petit, mes idées sont devenues plus claires. J’ai repensé à ce que j’avais vu et vécu. »

Avoir aperçu de la lumière le lendemain de la fête de la lumière. Etre revenue à la vie après avoir donné la vie.

Elle en parle à son mari, ce dernier affirme qu’elle hallucine. Mais ce qu’elle a vécu est trop vrai, trop fort.

« Non. Cela n’’était pas une hallucination. Je n’ai jamais eu de doute. C’est une expérience que je n’oublierai jamais. »

Depuis, Nathalie n’est plus la même. Elle est plus brave, plus croyante. Maintenant, elle se sent forte, invincible presque.

« De quoi vais-je avoir peur ? De la mort ? J’ai vu et je sais que la mort n’est pas une fin en soi. Au contraire, c’est le début d’une toute nouvelle aventure. Si je dois mourir demain je n’ai pas peur. Mais je suis quand même contente d’être là auprès de mes enfants (rires) »

Mais pourquoi frôler la mort pour ensuite revenir ? Pourquoi apercevoir un monde lumineux que nous ne pouvons pas (encore) accéder ? Pourquoi une porte fermée ? Selon le guide spirituel que consulte Nathalie, c’était surtout pour faire accroitre sa foi :

« Le guide spirituel, lui, a compris ce que j’avais vécu. Il m’a dit qu’il a fallu cela pour que je sois plus croyante. »

Pour qu’elle puisse en parler aussi ? Pour que nous sachions qu’il n’y a rien à craindre ? Peut-être. Mais pourquoi elle ? Pourquoi maintenant ? Il semblerait que certaines questions resteront toujours en suspens…

En lisant ce récit, certains s’exclameront, réfléchiront. Puis, il y a d’autres, les plus sceptiques, qui critiqueront, riront. Après tout, c’est l’ère de la technologie, de la logique. Mais le mystère est beau. Des récits comme ceux de Nathalie nous montrent qu’il y a peut-être des choses, plus belles, plus grandioses que nous ignorons. Il y a certaines questions auxquelles Google ou Wikipedia ne peuvent pas répondre. Il y des lieux que Google Maps ne repèrent pas.