Troubles gynécologiques : 5 plantes qui vous feront du bien

De nombreuses anciennes civilisations utilisaient déjà des plantes pour soigner spécifiquement les femmes et notamment certains de leurs petits soucis : cycles irréguliers, règles douloureuses et/ou trop abondantes, tensions abdominales. Depuis, certaines pratiques ont perduré car elles ont prouvé leur efficacité. Voici 5 plantes qui vous feront du bien, Mesdames, et à essayer en cas de troubles gynécologiques.

Troubles gynécologiques : 5 plantes qui vous feront du bien

Le Gattilier en cas de syndrome pré-menstruel

Le Gattilier est une plante qui pousse sur le pourtour méditerranéen. Ses fruits ressemblent au poivre. Connu depuis 2 000 ans, on dit qu’au Moyen Age, dans le sud de l’Europe, les moines consommaient les baies de gattilier pour «supporter le célibat», une propriété qui n’a jamais été démontré scientifiquement. Mais c’est pour cela que cette plante est aussi appelée le «poivre des moines». 

Ce n’est que récemment que des études cliniques ont prouvé que la prise quotidienne de gattilier permettait de réduire les symptômes du syndrome pré-menstruel survenant dans les jours qui précèdent les règles: seins gonflés et douloureux, ventre tendu,…Le Dr. Bérengère Arnal, gynécologue, recommande une prise de gélules entre le 8e et le 21e jour du cycle pendant au moins 3 mois. 

Du persil en cas de règles irrégulières

Les règles irrégulières appelée spanioménorrhées, sont un problème assez courant chez les femmes : l’intervalle entre les règles peut être plus long ou plus court, des pertes de sang abondantes ou minimes, des règles en continu… Pendant des siècles, les femmes buvaient des infusions de persil pour pallier à ce problème. L’apiol, une substance contenue dans le persil, agit sur l’appareil circulatoire et sur les muscles lisses, via le système nerveux. Il stimule le flux sanguin et les contractions de l’utérus. Il est recommandé de boire  3 fois par jour une infusion de persil, à partir de la date supposée du début du cycle menstruel, jusqu’à l’arrivée des règles. 

La sauge contre les règles douloureuses

La sauge est LA plante la plus intéressante pour les femmes. Elle est aussi efficace contre les bouffées de chaleur qui accompagne la ménopause que pour soulager les douleurs de règles. Elle contient des phyto-oestrogènes qui vont permettre de compenser les déséquilibres hormonaux. Mais attention, c’est pour cette même raison qu’elle est contre-indiquée chez les femmes allaitantes ou les personnes atteintes d’un cancer hormonodépendant (cancer du sein, ou de l’utérus). A utiliser donc après avis médical. 

L’hamamélis  en cas de règles abondantes

Depuis des siècles, les médecins chamanes d’Amérique du Nord utilisaient l’hamamélis pour ses capacités à arrêter les hémorragies. Durant la colonisation, les Européens découvrirent cette plante et l’importèrent sur le vieux continent. Autrefois appelé «noisetier des sorcières», aujourd’hui, on en trouve un  peu partout. L’hamamélis a des propriétés de régulation de la circulation veineuse grâce à la rutine, qui tonifie les parois des veines, et aux flavonoïdes qui diminuent aussi la congestion pelvienne, d’où une réduction de l’abondance des règles. On peut consommer de l’hamamélis en infusion, en décoction, en gélules ou en teinture mère. 

Le houblon contre les désagréments de la ménopause

Le houblon contient de l’hopéine, un important phytoestrogène qui intervient dans l’organisme de la même façon que les œstrogènes. Il compense la chute d’œstrogènes à l’origine des bouffées de chaleurs. D’autre part, le houblon permet de booster la libido (non il n’y a pas d’âge !…) et à lutter contre l’ostéoporose. Comment en consommer ? Non pas dans la bière ! Mais vous pouvez en trouver sous forme d’extrait et suivre les indications du laboratoire. Veillez à faire des pauses dans le traitement : en prendre 5 jours sur 7 par exemple.